L’attrape-coeurs, J.D. Salinger

Image

Auteur : J.D. Salinger

Titre : L’attrape-coeurs

Editeur : Pocket

Format : Normal

Pages : 253

Prix : Emprunté

Catégories : New York – Vie adolescente

Résumé : Le roman, écrit à la première personne, relate la période où Holden Caulfield, expulsé du collège Pencey Preparatory trois jours avant les vacances de Noël, retourne à la maison familiale, à New-York. Il déambulera en ville avant de devoir annoncer la nouvelle à ses parents.
Âgé de dix-sept ans, Holden est plein d’incertitudes et d’anxiété, à la recherche de lui-même. Il vit son passage à l’âge adulte et comprend qu’il perd l’innocence de l’enfance. L’une des plus belles images de l’auteur pour exprimer ce passage est lorsque Holden demande au chauffeur de taxi où vont les canards lorsque l’étang gèle. Salinger dans ce roman décrit avec ironie et justesse la société américaine des années 1950.

Mon avis : J’ai un avis moyen sur ce livre, vous allez savoir pourquoi. Je ne fais pas de résumé, tout est dit au dessus. Je vais diviser le roman en deux parties : du début jusqu’au milieu et du milieu jusqu’à la fin. La première partie du roman était vraiment bonne, j’ai beaucoup aimé suivre Holden dans sa vie, à travers ses aventures, ses pensées. Ca m’a vraiment plu et cette partie du roman, je l’ai dévorée. Mais ensuite j’ai mis en pause, notamment parce que ce n’était plus aussi génial à partir de la moitié. Il y avait beaucoup trop de longueurs, des dialogues franchement difficiles, des monologues inintéressants et ennuyeux qui partaient dans tous les sens. J’avais beaucoup de mal à rester concentrée. Par contre, j’ai beaucoup aimé la fin, je l’ai trouvé émouvante. Je ne savais vraiment pas quelle fin l’auteur aller nous donner, je veux dire, c’est un roman où l’on suit la vie d’un personnages, en quelque sorte un roman qui « suit son cours ». Pourtant Salinger a très bien utilisé la fin pour me faire presque verser une petite larme. 

Note : 3/5

Publicités

L’écume des jours, Boris Vian

Lecture scolaire

Image

 

Auteur : Boris Vian

Titre : L’écume des jours

Tome : Stand-Alone

Série : ____

Editeur : Le Livre de Poche

Format : Poche

Pages : 315

Prix : 6.10 €

Catégories : Fantastique – Crise – Romance

Résumé : L’Ecume des jours : ce titre léger et lumineux annonce une histoire d’amour drôle ou grinçante et inoubliable, composée par un écrivain de vingt-six ans.
C’est un conte de l’époque du jazz et de la science-fiction, à la fois comique et poignant, heureux et tragique, merveilleux et fantastique, féerique et déchirant. Dans cette oeuvre d’une modernité insolente, l’une des plus célèbres du XXe siècle et livre-culte depuis plus de trente ans, Duke Ellington croise le dessin animé, Sartre devient une marionnette burlesque, le cauchemar va jusqu’au bout du désespoir.
Mais seules deux choses demeurent éternelles et triomphantes : le bonheur ineffable de l’amour absolu et la musique des noirs américains..

Mon avis : Que dire à part que je n’ai pas du tout aimé ce livre ? Je n’irais pas jusqu’à dire que je l’ai détesté mais presque. Franchement, mais qu’avait fumé Vian avant d’écrire ce livre ? J’ai mis deux mois entier à le lire, tellement je m’ennuyais et que je trouvais ce monde trop fou. Je n’ai pas aimé les personnages, à part Chloé. Chick est méprisable, Partre n’en parlons pas ! Collin ne m’a fait ni chaud ni froid. Du début à la fin, j’avais l’impression d’étouffer, de m’enfoncer dans de la terre. Je n’ai vraiment rien compris du tout à ce livre. J’avais l’impression d’être dans un cauchemar ! Peut-être que si un jour, quand je serais plus grande et que je le relis, je le trouverai génial mais pour le moment ce n’est pas du tout mon cas ! Je ne mets pas zéro sur cinq juste parce qu’il y a Chloé, et qu’elle apporte une immense fraîcheur au roman. Et nous sommes bien d’accord, j’ai fini ce livre parce que c’était une lecture scolaire et que je devais le lire, sinon je l’aurais abandonné depuis belle lurette.

En résumé, je n’ai pas aimé du tout, j’avais l’impression d’être enterrée vivante.

Note : 0.5/5

Le Journal d’Adèle, Paule du Bouchet

Image

 

Auteur : Paule Du Bouchet

Titre : Le Journal d’Adèle

Tome : Stand Alone

Série : ____

Editeur : Folio

Format : Poche

Pages : 141

Prix : 5.70 €

Résumé : Jeudi 30 juillet 1914… Adèle commence le journal qu’elle a reçu pour Noël : un ami, auquel elle peut raconter sa vie, confier ses espoirs, ses craintes et ses secrets. Les années passent dans le petit village de Crécy, en Bourgogne, rythmées par les travaux des champs, les nouvelles du front… La guerre tue, mutile les affame les gens de « l’arrière », endeuille les campagnes. Adèle grandit et rêve de devenir institutrice dans un monde meilleur…

Mon avis : Ma soeur a acheté ce livre hier et j’avais moi aussi envie de le lire, alors j’ai profité d’aller chez des amis pour le lire. C’est un très bon petit livre, excellent pour faire passer le temps et qui prends presque aux tripes quelques fois. 

Adèle, treize ans, décide de commencer le journal intime qu’elle a reçu pour Noël. Pendant que la Première Guerre Mondiale fait rage, elle va y écrire tous ses doutes, ses angoisses, ses peurs, ses espoirs, et raconter ses premiers émois de jeune fille. 

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. J’adore l’Histoire. Tout était combiné pour une lecture agréable et rapide. Je me suis quelques fois identifiée à Adèle, ou du moins j’aurais fait pareil qu’elle si j’aurais vécu pendant la Première guerre mondiale. J’ai été bouleversée quelques foi, notamment quand ils ont pris son chien Tobie. L’âme sensible qui est en moi sûrement ! J’ai apprécié tous les personnages, même si c’est en partie d’Adèle que l’on entends parler. J’ai bien aimé la fin, j’ai trouvé ça chouette qu’ils se marient ! 

En résumé, un très bon livre qui se lit rapidement avec une héroïne dans laquelle je me suis parfois reconnue.

Note : 4/5